Y a t’il une vie avant la mort?

Imaginez:

Pour la première fois, vous vous êtes offert une semaine de dépaysement total dans un pays dans lequel vous n’avez encore jamais été. Vous en rêviez depuis si longtemps! Cet instant tant attendu n’a jamais été aussi proche! Votre billet d’avion est en poche et vos valises sont enfin bouclées. Bien sûr, vous avez un peu étudié votre « dossier »: les endroits incontournables à visiter, les activités typiques à faire, les spécialités à déguster… Vous avez hâte de vous essayer à baragouiner ces quelques mots appris avant de partir et curieux d’être immergé dans l’ambiance sonore locale.

Après une journée de voyage interminable, vous voilà enfin arrivé. Elle n’a pas été de tout repos cette première journée: le manque de sommeil, l’attente, la chaleur, les transferts, les valises à trimbaler, les transports en commun … mais ça y est! La chambre! Une douche et sieste!

Et maintenant? Qu’allez vous faire de votre précieuse semaine?

Rester bien en sécurité dans votre chambre d’hôtel afin qu’il ne vous arrive rien? Rester cloîtré jusqu’au jour du départ?

Impensable, non?

Et pourtant…

La Vie ne ressemble-t’elle pas à un voyage?

Souvent je pense à ceux qui aiment se confronter à leurs peurs, à ces adeptes de sensations fortes qui aiment pousser leurs limites toujours plus loin, qui ont la passion des activités comme le saut à l’élastique, à ceux qui partent explorer des terres hostiles, ou qui gravissent des montagnes toujours plus hautes… A la question de savoir ce qui les motive, je suis toujours fascinée de les entendre répondre: « se sentir vivant »!

Se sentir vivant en titillant la mort, sentir son cœur frapper puissamment et résonner comme un tambour dans tout le corps, sentir son sang chaud chargé d’adrénaline pulser jusqu’au bout des doigts, jusqu’au bout des orteils, sentir cette euphorie d’être submergé par un tsunami d’émotions…

A l’anesthésie de la routine mortifère, du ronron quotidien fade, sans relief, confortable, sécurisé, aseptisé, ils ont trouvé cette parade pour sortir de la torpeur. Passer d’une extrême à l’autre. Ils ont compris qu’être vivant, ce n’est pas juste un processus biologique. Ce n’est pas juste s’assurer que le corps fonctionne.

Alors… qu’est-ce qui fait que, aujourd’hui, dans l’esprit de beaucoup, vivre se limite à l’obsession de la sécurité?

La peur de la mort? Avions-nous oublié que nous sommes des être mortels?

N’est-il pas étrange que par peur de mourir, on agisse comme si on était déjà mort?

La vie n’est-elle pas Mouvement?

Mais encore : qu’est-ce qui nous fait sentir que nous sommes vraiment vivant? N’est-ce pas l’action, les défis, l’interaction avec ceux (et ce) qui nous entourent, la découverte, la nouveauté, les rencontres, les voyages, les partages, les émotions, le contact charnel, l’affection que l’on se témoigne les uns les autres? Vivre n’est-ce pas prendre des risques, se confronter, se jeter à l’eau, oser…?

A la différence du voyage que j’évoquais plus haut, nous ne connaissons pas la date du billet retour de ce grand Voyage. Une seule certitude: le temps s’écoule. Alors je vous pose à nouveau la question:

Si vous pouviez lire la date inscrite sur votre billet, resteriez-vous cloîtré dans votre chambre d’hôtel en attendant votre Départ?