Y’a qui à l’intérieur?

Y’a QUI à l’intérieur? Qui es-tu au fond? Oui, là, au fond? Tout au fond de toi? Derrière ce visage que tu regardes dans la glace le matin? Derrière ce masque lisse, policé, civilisé, que tu portes docilement depuis toutes ces années? Derrière ce Moi factice que tu t’es construit pour t’adapter à ce système malade, sans même t’en rendre compte?

Qui es-tu si tu arrêtes de gommer ce qui dépasse, de camoufler ce qui déborde, de dompter la bête qui grogne, de séquestrer cet inconnu qui t’habite et que tu as si peur de rencontrer? Toujours cette peur de l’Inconnu…

Cet inconnu… peut-être l’imagines-tu trop plein de ces « défauts » contre lesquels tu luttes: trop paresseux, trop violent, trop sombre, trop coléreux, trop…? « Ce n’est pas de moi », Je ne me reconnais pas », « J’étais hors de moi », « Je n’étais plus moi-même ». Ah bon? Qui d’autre alors?

Cet inconnu, peut-être te le représentes-tu comme ce monstre abominable tapi sous le lit dès que la lumière s’éteint… ce monstre gigantesque tellement bien caché qu’on ne le voit pas mais qui fait qu’on préfère sauter loin du lit, des fois que le matin il y serait encore…

Peut-être préférerais-tu être aveugle que de te voir tel que tu es, là, à l’intérieur? On s’en raconte tellement… On préfère faire croire… et croire à ses propres mensonges. Mais…

Si pour une fois tu osais soulever juste le coin du rideau pour voir? Si pour une fois, tu prenais une grande inspiration et tu regardais VRAIMENT au delà du vernis? Oh, bien sûr, il y en a sûrement de ce sombre que tu redoutes. Oui, ça pique, c’est douloureux , ça fait mal, ça déçoit… surtout l’égo. Ne fuis pas… Regarde-le. Ce sombre c’est aussi Toi. Accepte-le… tu n’as pas d’autre choix. Il a besoin que tu le reconnaisses, peut-être que tu le pardonnes… qui sait?

Et derrière lui, comme l’arbre qui cache la forêt, tu verras d’autres couleurs. Tu seras surpris. Un festival de couleurs! Certaines couleurs que tu ne soupçonnes même pas. Parmi elles, tu en verras qui sommeillent, comme ces graines qui ont besoin de soleil pour germer.

Elle n’attendent que Toi. Que tu leur dises OUI. Que tu arrêtes de jouer à être qui tu n’es pas. Que tu jettes enfin cet uniforme terne et moisi, que tu tombes ce masque ridicule. Que tu grandisses enfin. Tu n’as plus l’âge pour cette mascarade. Il est temps de t’assumer tel que tu es vraiment. Il est temps de laisser se déployer toutes tes couleurs lumineuses qui te rendent unique.

Le Monde n’a pas besoin que tu sois « normal », ni comme les autres. La Monde n’a que faire des pâles copies, des standards, des normes. Non, ce dont le Monde a besoin, c’est que tu sois VRAI et AUTHENTIQUE! Que tu oses ta différence, et que tu participes enfin au grand tableau de la Vie!