Ils ont inventé le con-sommateur

Ils l’ont mis sur un piédestal, porté aux nues, ils l’ont voulu Prince du Système. Un Prince… une multitude de Princes à deux sous, de plus en plus nombreux, exigeants, difficiles, despotes, tyranniques quelquefois.

Ils l’ont imaginé vivant par procuration, à se prélasser sur son trône de pacotille, un smartphone ou une zapette dans une main, et un verre de coca dans l’autre. Ils l’ont rêvé avec des bagouses bon marché à ses doigts boudinés, le Tshirt tendu sur son ventre débordant, dégoulinant de frites et de hamburger.

Ils lui ont vendu le confort, le facile, le prêt-à-porter, le prêt à consommer, le déjà cuit, le découpé, l’emballé, le pré-mâché, le prêt-à-penser,le connecté, le sécurisé, l’aseptisé. Il s’est félicité de laisser les autres penser, réfléchir, analyser, construire, inventer, fabriquer, écrire, transporter… à sa place. Un seul effort à fournir: sortir sa carte bleue en attendant la puce sous-cutanée qui la remplacerait. « Qu’est-ce qu’il est beau quand il tape son code! » vantait une pub dans les magazines. Oh, celle-là , je l’avais découpée, conservée, histoire de me souvenir de vomir!

Ils lui ont donné le droit d’être satisfait. Il s’est octroyé celui d’être mécontent, de se plaindre, de réclamer, d’exiger, d’attendre qu’on lui fasse des courbettes. Ils ont poussé ses prérogatives jusqu’à celle de vie et de mort: le pouvoir d’encenser ou de briser. Il s’en ait emparé, il a trouvé légitime de juger, commenter, critiquer, salir, détruire, et tout cela gratuitement. Le fait du Prince… Un exutoire de choix à toutes ses frustrations.

Voilà ce pantin démasqué. Il croit avoir gagné, il est le grand perdant. La vie s’écoule à côté de lui. Il s’en est extrait.

Suivre le mouvement de la vie n’est-ce pas se retrousser les manches, plonger ses mains dans la terre, participer à l’expérience, prendre part à l’aventure, œuvrer avec les autres, coopérer, échanger, partager, co-construire, écouter, ne pas être d’accord parfois, essayer, faire des erreurs encore, reconnaître qu’on s’est trompé, faire et refaire toujours, semer des graines, s’émerveiller et se réjouir de ce qu’on a accompli ENSEMBLE?