Quoi? C’est maintenant!?

Pendant toutes des ces années, on aurait dû s’y préparer… Peut-être même que nous n’étions venus que pour ça… On était gamins, on y croyait, on l’espérait. Toutes ces années durant lesquelles on se demandait : « Dans quel but tout ça? » Toutes ces années à se révolter, se rebeller, imaginer un autre scénario, à « rêver d’un autre monde »… Puis les jours se sont égrainés… un à un…. se sont empilés sournoisement en semaines, en mois, en années… ces jours durant lesquels on a fini par s’engourdir, s’endormir. On ne savait plus. On avait oublié. On s’était résigné. On avait rendu les armes. On n’était plus que des ombres, on coulait le long des murs, sans consistance, sans épaisseur. « Y a t’il une vie avant la mort? ». Oui, c’était bien là la question!

Et soudain c’est le jet d’eau glacé. Ça pique, c’est cinglant, c’est brutal. On ne s’y attendait pas … ou plus… comme le lapin dans les phares. Projetés à terre, on cherche un trou pour se cacher, de blottir, se mettre à l’abri. On n’ose plus bouger, on est pris au piège. On attend fébrilement que ça passe. Et que le ronron de la Douce Mort dans laquelle on était revienne … comme Avant… On s’y était accoutumé après tout et surtout, on la connaissait cette douce mort!

Comment? On en était arrivés là??? A désirer ce que l’on avait toujours rejeté? Ce Avant???

Alors, quoi? Ça veut dire que c’est Maintenant, maintenant? C’est vraiment sûr?

On ne l’avait pas vu comme ça ce Maintenant… On ne le voulait pas comme ça! On se l’imaginait habillé de connu, sans réelle surprise. Ou une petite surprise, juste un peu feinte, comme une fête d’anniversaire quand on ouvre la porte et que tout le monde est caché derrière… Il serait arrivé escorté et en fanfare, on l’aurait vu venir de loin, tout brillant qu’il aurait été dans son costume en paillettes ce Maintenant tant rêvé. On l’aurait accueilli avec des fleurs, du champagne, on aurait allumé les lampions et on aurait dansé sur la plage…On aurait fait ça bien! Proprement. Dignement. Comme avant…

Non, ce n’était pas ce Maintenant-là qu’on voulait. Mais le voilà maintenant! Fracassant.

Le voilà qui nous appelle, il hurle même, sifflant dans nos tympans fragiles. Comment? On s’était endormis? Il nous bouscule et nous réveille à coup de claques.

Alors il est peut-être temps de secouer la poussière déposée sur nos âmes, de les repasser au fer chaud, bien chaud, pour les revivifier. Qu’elles se souviennent qu’à l’intérieur, c’est brûlant, ça pulse, ça rayonne. Qu’elles se reconnaissent, qu’elles s’allient et s’unissent en un patchwork multicolore pour ce grand Maintenant inespéré!

Allons! Hauts les cœurs, c’est MAINTENANT!

Bein oui, en fait c’est prêt, c’est parfait. Il n’y en aura pas deux, il n’y a que celui-là:

C’est Maintenant!